Où ?
Haute savoie
Rendez-vous fixé par l'agence : Gare d'Annemasse - CP 74100
Pourquoi ?
On m’a parlé à plusieurs reprises de l’agence Explora Project qui propose des formats de voyage sur des durées courtes et sur des thèmes sportifs.
Pour qui ?
Explora projet propose des aventures sportives avec des niveaux sportifs plus ou moins élevés. Ici c’était un niveau 2 qui demande de pratiquer une activité cardio régulière.
Tu as un peu plus de temps ?
Découvre les points clés de l'aventure

Gestion de la montagne en hiver

Humidité + froid = DANGER !

S’il y a une chose à retenir, c’est qu’en hiver l’humidité est dangereuse car elle est synonyme de froid.

Quand on part dans ce genre d’aventure en plein mois de décembre, je pense que l’on se prépare au froid, la neige, éventuellement le petit coup de soleil sur le nez, franchement pas à l’humidité ! Elle s’est déposée partout tout au long du voyage jusqu’à nous geler complètement. Il faut se protéger d’elle au maximum avec des affaires imperméables.

La nuit en bivouac - Quelques conseils utiles

- A l’abri du vent ! Le vent est aussi synonyme de danger. Si vous avez le réflexe de vouloir vous mettre sous les arbres, c’est a éviter ! Cela peut être dangereux s’il y a une chute de neige, branche ou dans le pire des cas d'un arbre ! N’oubliez pas que vous êtes en tente. Privilégiez quand même un endroit proche des arbres qui coupent le vent.

- Niveler le sol pour maximiser le confort ! À l’aide de vos raquettes, chaussures et pelle si vous en avez une, vous pouvez tasser la neige jusqu’à en faire un espace lisse pour planter votre tente et poser votre sac de couchage.

- Dans la neige les encrages de la tente se plantent à l’horizontal. Plantez les profondément et remettez une bonne partie de neige pour ensuite la tasser avec la chaussure pour que cela tienne bien.

- Connaissez votre matériel avant votre départ ! Sûrement le meilleur conseil ! Dans des conditions difficiles comme celles-ci : humidité+vent+nuit nous n’aurions pas pu nous louper sur le montage. Le challenge était clair depuis le début : il faut vite se mettre au sec pour notre sécurité.

Au petit matin, le défi était validé !

APPRENTISSAGE DE L’AUTONOMIE EN MONTAGNE

La préparation du sac.

Le sac c’est l’accessoire sur lequel tu ne peux pas faire l’impasse ! Cependant trouver le bon sac, c’est personnel. Pour cette aventure hivernale je pense qu’il aurait été nécessaire d’avoir un 70L minimum. Les affaires chaudes prennent quand même beaucoup de place. Il ne faut pas oublier que tu portes ta maison sur ton dos ! Pour équilibrer la charge tu dois mettre les choses les plus lourdes le plus proche de toi et le plus bas possible dans le sac.

Afin de garder les affaires au sec une astuce que je retiendrais : des sacs poubelles dans lequel j’ai fourré toutes mes affaires si tu n’as pas de sac imperméables !

Dans mon sac
Il y a...

CAMPEMENT


  • Tapis de sol isolant
  • Sacs étanches et sacs poubelles
  • Lampe frontale
  • Briquet ou allumettes étanches
  • Matelas de trekking gonflable
  • Kit cuisine
  • Gourde
  • Téléphone + batterie externe
  • Drap de sac de couchage
  • Sac de couchage
  • Tente
  • Pelle à neige

HABILLEMENT PERSONNEL


  • 3x Paires de chaussures de randonné d'hiver (le plus important à mon goût)
  • Paire de chaussure imperméable ou opter pour des cloches en plus !
  • Bonnet épais
  • Pantalon coupe-vent imperméable
  • Tour de cou
  • Sous-couche bas
  • Sous-couche haut manches longues
  • Veste coupe-vent et imperméable
  • Veste polaire
  • Doudoune légère
  • Paire de sur-gants ou sur-moufles

HYGIÈNE, SANTÉ, SURVIE


  • Trousse de premiers soins
  • Médicaments personnels, paracétamol
  • Compeed (pour les ampoules), arnica, pansements, lingettes désinfectantes
  • Kit solaire
  • Couverture de survie
  • Sifflet de sécurité
  • Documents d'identité et de santé
  • Kit avalanche

NOURRITURE


Privilégié de la nourriture sèche : gâteau, amandes, pâtes, charcuterie… qui résisteront mieux aux écarts de températures et à la gestion du sac.

RANDONNÉE RAQUETTES

Un défi sportif modéré.

Marcher avec des raquettes en moyenne montagne c’est accessible à tous, certaine personne n’avait jamais fait de raquette avant cette expérience. Juste penser qu’en raquette on ne recule pas, sinon on tombe !
Pour toute aventure de plusieurs jours et surtout en backpack, il faut être capable de répéter un effort physique en portant une charge lourde sur le dos. Ne négligez pas les pauses pour boire et manger car le froid brûle les calories et on se déshydrate vite. Et si l’eau est synonyme de danger sur vos vêtements, elle est indispensable à votre corps !

Une aventure à partager !

Une aventure à partager ! Ce que j’ai retenu c’est notre capacité d’adaptation. Tous inconnus nous avons su très rapidement vivre ensemble loin des codes sociaux que nous connaissons. Vivre en pleine nature durant 3 jours ce n’est pas simple car loin des conforts de vie que nous connaissons. L’homme s’adapte à tout quand il s’agit de sa survie.

Conclusion

« Quand il y a la tempête, c’est là où on se sent le plus vivant »

Je suis fière de l’avoir fait ! C’était un défi physique et mental et je suis fière de l’avoir validé !

Le retour à l’essentiel ! C’est sourire aux lèvres gercées que j’ai retrouvé le plaisir dans les choses simples et le confort du rudimentaire. C’est loin de tout et proche de la nature que je me rends compte que le bonheur se trouve partout ou tu veux bien le voir. Tu déplaces ton seuil de plaisir jusqu’à ce que ton seul bonheur devienne une paire de chaussettes sèches et mettre les mains sur ta tasse chaude.

La récompense se trouve dans l’effort. Bien que le temps ne fût pas au rendez-vous, on est allé au Miribel, un joli chemin de croix mythique de la région. Cette ascension a été mon plus beau souvenir. Le brouillard qui a apporté une tension mystique, l’arrivée au sommet avec cette grande Vierge qui surplombe une vallée de montagne que nous n’avons pas eu la chance de voir. J’étais fatiguée, je suis tombée à plusieurs reprises. Je me suis sentie petite et nulle à des moments. Il y avait du vent qui me gelait les joues, mes affaires étaient trempées, mon sac était lourd. Mais arrivée en haut, je n’ai pas pu retenir mes larmes. Rien d’extrêmement physique et insurmontable. Juste le bienfait de l’effort, le silence, notre fragilité face à la nature, ma résilience.

C’est dans la tempête que j’ai compris ma place.

TU ES CRÉATEUR D'EXPÉRIENCES ? PARLONS PARTENARIAT !
Contacte-moi !